apostat


apostat

apostat, ate [ apɔsta, at ] adj. et n.
• 1265; lat. ecclés. d'o. gr. apostata
Qui a apostasié. Julien l'Apostat. Par ext. Moine apostat.
Fig. Qui renonce à une opinion, à une cause. déserteur, renégat. Un apostat du communisme.

apostat nom masculin (latin ecclésiastique apostata, du grec apostatês, rebelle, traître) Personne qui fait acte d'apostasie. Personne qui abandonne une doctrine, une opinion, un parti. ● apostat (expressions) nom masculin (latin ecclésiastique apostata, du grec apostatês, rebelle, traître) L'Apostat, surnom de l'empereur Julien. ● apostat (homonymes) nom masculin (latin ecclésiastique apostata, du grec apostatês, rebelle, traître) aposta forme conjuguée du verbe aposter apostas forme conjuguée du verbe aposter apostât forme conjuguée du verbe aposterapostat (synonymes) nom masculin (latin ecclésiastique apostata, du grec apostatês, rebelle, traître) Personne qui fait acte d' apostasie.
Synonymes :
- hérésiarque
- hérétique
- renégat
Personne qui abandonne une doctrine, une opinion, un parti.
Synonymes :
- déserteur
- renégat
Contraires :
- fidèle

apostat
n. m. Celui qui a apostasié. Julien l'Apostat.

⇒APOSTAT, ATE, adj. et subst. masc.
I.— Adj. Qui a abandonné publiquement sa religion, notamment la religion ou une confession chrétienne, ou renoncé à des vœux monastiques :
1. Montrez-nous, avant ce moine apostat [Luther], une société où l'on professât votre doctrine?
LAMENNAIS, Essai sur l'indifférence en matière de relig., t. 1, 1817-23, p. 156.
2. Je ne conserve pas de copie de toutes mes lettres. J'aurais parlé rudement de Léon XIII, que je n'aime guère, il est vrai. J'aurais rappelé le Nolite à propos des entreprises de ce pontife en faveur de la République Française, athée, renégate, apostate, sacrilège, parricide, infanticide et concordataire et à propos de la démocratisation du clergé, choses qui ne peuvent être justifiées par aucun texte.
BLOY, Journal, 1900, p. 44.
3. La croix est, pour le chrétien, le plus haut symbole de l'idée de sacrifice et de rédemption : nous honorons sa conviction. Mais, pour l'israélite, la croix est le rappel lugubre de sanglantes persécutions; un juif apostat, qui s'agenouille devant elle, ne peut inspirer qu'aversion ou tristesse à ses coreligionnaires, si exempts soient-ils de tout fanatisme.
WEILL, Le Judaïsme, 1931, p. 215.
P. anal. Qui trahit une cause, un parti, etc. :
4. Ces étranges républicains, ces républicains apostats, tenaient un compte très exact de toutes leurs données, sauf une, sauf la principale, celle qui avait été la condition de leur arrivée au pouvoir et qui restait maîtresse de leur départ éventuel. Comme il s'agissait d'eux, la démocratie cesserait d'être versatile...
MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. 37.
II.— Subst. masc. Celui qui fait acte d'apostasie :
5. Et quand il aura prêché la terre pendant deux ans plus cent quatre-vingt-trois jours, qu'il aura bien persécuté les fidèles devenus des apostats ou des martyrs, qu'il aura ruiné les saints lieux, ouvert tous les cachots, égorgé tous les prêtres, accaparé les multitudes, et qu'il possédera des royaumes, des armées, des prosélytes, des trésors, le ciel enverra à la fois le prophète Élie avec le prophète Énoch...
FLAUBERT, La Tentation de st Antoine, 1849, p. 491.
P. anal. Celui qui trahit une cause, un parti, abandonne une opinion :
6. Les apostats de toutes les opinions accourent en foule, n'ayant conservé de leurs doctrines passées que l'habitude des moyens coupables.
CONSTANT, De l'Esprit de conquête, 1813, p. 257.
PRONONC. ET ORTH. :[], fém. [-at]. Pt Lar. 1906 précise que le fém. est peu usité. ROB., Lar. encyclop. et QUILLET 1965 ne mentionnent pas le féminin.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1265 adj. « qui a abandonné son ordre religieux, renié ses vœux » (Statuts d'Hôtels-Dieu, 103, [Le Grand] ds QUEM. : Cil qui y demeurent oultre un an [en la Meson Dieu, le Conte], Il s'obligent aus veus sollempnés de religion, ne plus il n'en pueent yssir, qu'il ne fussent apostas et reniez de notre rigle); 1274 id. (Chron. de S. Denis, ms. Ste-Gen. f° 190a ds GDF. : Un moine apostate, c'est a dire renoié de la foi); av. 1539 subst. « qui a renié Dieu » (GRINGORE, 1, 14 : Par orgueil il fut le premier apostat); d'où fig. XVIe s. « qui renonce qui abandonne » (RONSARD, 571 ds LITTRÉ : Je quitte, apostat des amours, La soulde, le camp et les armes).
Empr. au lat. eccl. apostata « id. » adj. (TERTULIEN, Pudic., 8 ds TLL s.v., 252, 75); subst. (ID., op. cit., 9, ibid., 252, 60); empr. au gr. « qui fait défection » d'où l'emploi du gr. eccl., GR. DE NAZIANZE, 2, 537, Migne ds BAILLY.
STAT. — Fréq. abs. littér. :103.
BBG. — Archéol. chrét. 1909. — Bible 1912. — Foi t. 1 1968. — ST-EDME t. 1 1824.

apostat, ate [apɔsta, at] adj. et n.
ÉTYM. 1265, var. anc. apostate; du lat. ecclés. apostata, grec apostatês « qui fait défection ».
1 Adj. Qui a apostasié.
1 Quand l'homme se détourne totalement de Dieu, et est apostat de toute la chrétienté (…)
Calvin, Institution de la religion chrétienne, 481, in Littré.
Par ext. || Moine apostat, qui a renié ses vœux monastiques. Défroqué.
Fig. Qui renie une doctrine, trahit un parti, une cause. || « La République française, athée, renégate, apostate, sacrilège… » (L. Bloy, Journal).
2 Lorsqu'on ne peut effacer ses erreurs, on les divinise; on fait un dogme de ses torts, on change en religion des sacrilèges, et l'on se croirait apostat de renoncer au culte de ses iniquités.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 327.
2 N. (Av. 1539). a Celui qui a apostasié. || Julien l'Apostat.
b (XVIe). Fig. Celui qui renonce à une opinion, qui abandonne une cause. Déserteur, renégat. || Un apostat du communisme.
REM. Le fém. est rare, tant pour l'adj. que pour le nom.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • apostat — APOSTÁT, Ă, apostaţi, te, s.m. şi f., adj. (Persoană) care a săvârşit o apostazie (1); p. ext. răzvrătit, rebel. – Din fr. apostat, lat. apostata. Trimis de mihvar, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  APOSTÁT adj., s …   Dicționar Român

  • apostat — APOSTAT. adj. Qui a quitté la vraie Religion. Chrétien apostat. [b]f♛/b] Il se dit aussi d Un Religieux qui renonce à ses voeux et à son habit. Moine apostat. [b]f♛/b] Il s emploie aussi substantivement, en parlant d Un homme qui a renoncé à la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • apostat — APOSTAT. s. m. Celuy qui a quitté la vraye Religion. Julien l Apostat. Il se dit aussi d un Moine qui renonce à ses voeux & à son habit. C est un apostat, un Moine apostat …   Dictionnaire de l'Académie française

  • apostat — Apostat, Apostata, Desertor, Transfuga, C est proprement un gendarme qui laisse son rang, faussant la foy promise à son capitaine, Qui abscedit ab eo quod tuendum suscepit, On dit un Moine apostat qui abbandonne et jette le froc …   Thresor de la langue françoyse

  • Apostāt — Apostāt, s. Apostasie …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Apostat — Apostat, ein Abtrünniger, vorzugsweise ein solcher, der von dem Christenthume wieder abfällt; daher Apostasieim theologischen Sinne, der Abfall vom christlichen Glauben. –t– …   Damen Conversations Lexikon

  • apòstāt — (apòstata) m 〈G apostáta〉 1. {{001f}}pov. a. {{001f}}Židov koji je napustio židovsku religiju b. {{001f}}kršćanin koji se odvojio od svoje religije 2. {{001f}}kršć. redovnik ili svećenik koji je napustio svoj red, svoje zvanje; svrzimantija 3.… …   Veliki rječnik hrvatskoga jezika

  • apostat — apòstāt (apòstata) m <G apostáta> DEFINICIJA 1. pov. a. Židov koji je napustio židovsku religiju b. kršćanin koji se odvojio od svoje religije 2. kršć. redovnik ili svećenik koji je napustio svoj red, svoje zvanje; svrzimantija 3. općenito …   Hrvatski jezični portal

  • apostat — (a po sta ; le t ne se lie pas ; au plur. l s se lie : des apostats effrontés, dites : des a posta z effrontés ; en poésie, des apostats rime avec bras) 1°   Adj. m. Qui a apostasié, c est à dire abandonné sa religion, renié ses voeux monastiques …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • APOSTAT — adj. m. Qui a quitté sa religion pour une autre. Il se dit surtout D un chrétien qui renonce à la foi. Chrétien apostat.   Il se dit aussi D un religieux qui renonce à ses voeux et à son habit. Moine apostat.   Il se dit quelquefois… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)